Skip Navigation LinksAccueil > Nouvelles > Des Millions de Personnes n'ont pas Accès aux Livres et Matériels Imprimés - Communiqué de Presse de L'UMA pour la Journée Mondiale du Livre et du Droit d'Auteur

Des Millions de Personnes n'ont pas Accès aux Livres et Matériels Imprimés - Communiqué de Presse de L'UMA pour la Journée Mondiale du Livre et du Droit d'Auteur

​Toronto, le 23 avril 2016 : Des millions de personnes, dont des enfants et des étudiants, n'ont pas accès aux livres et autres matériels imprimés. Moins de 10 % des ouvrages publiés sont mis à disposition sous des formats accessibles dans les pays développés. Les personnes aveugles et malvoyantes, en particulier les étudiants dans les pays riches comme les États-Unis et l'Europe, se heurtent encore aujourd'hui à des barrières d'inégalité en termes d'accès aux ouvrages publiés. Du fait de ces barrières, de nombreux étudiants doivent attendre des périodes de temps aussi longues qu'inacceptables pour pouvoir obtenir leurs manuels scolaires ; si tant est qu'ils puissent les obtenir sous un format accessible. Dans les pays en développement, la situation est encore plus tragique, car moins de 1 % des livres sont rendus accessibles. De nombreux étudiants ne peuvent donc pas bénéficier d'un enseignement complet, en grande partie à cause du manque de manuels accessibles. Dans des pays comme l'Inde, le pays affichant le plus grand nombre de personnes aveugles ou malvoyantes, moins de la moitié des enfants handicapés visuels vont à l'école.

Cette pénurie de manuels publiés accessibles porte le nom de « Soif de livres ». L'Union Mondiale des Aveugles travaille aux côtés de nombreuses parties prenantes depuis des années pour y mettre fin. Ces efforts ont débouché sur la signature d'un traité international, le Traité de Marrakech, qui devrait étancher la soif de livres de deux façons importantes. D'abord, il va permettre aux « établissements autorisés », comme les organisations et bibliothèques de personnes aveugles de reproduire plus facilement les ouvrages sous des formats accessibles (Braille, DAISY, audio, gros caractères, livres électroniques, etc.) pour leur diffusion sans aucune fin de lucre. Ensuite, le Traité va permettre aux établissements autorisés de partager les livres accessibles et autres supports imprimés de façon transfrontalière avec d'autres de leurs homologues.

Le système international actuel ne permet pas le partage transfrontalier, ce qui oblige à dupliquer inutilement les ouvrages, et consomme des ressources déjà limitées. Cela dit, une fois que le Traité de Marrakech sera entré en vigueur, le partage transfrontalier deviendra légal et aidera à éviter ce double effort de reproduction d'un pays à l'autre. Le Traité permettra aussi aux pays possédant de grandes collections de livres accessibles de les partager avec les aveugles et les personnes ayant des difficultés à la lecture des caractères imprimés dans les pays dotés de moins de ressources. Le partage transfrontalier est essentiel pour lutter contre la soif de livres car les aveugles et les malvoyants font partie des plus pauvres parmi les pauvres, et leurs organisations n'ont bien souvent pas les ressources suffisantes pour produire les manuels nécessaires sous des formats accessibles.

Les aveugles et les personnes ayant des difficultés à la lecture des caractères imprimés veulent également pouvoir entrer dans une librairie ou dans une bibliothèque et choisir de lire le dernier best-seller, comme tout le monde. Les enfants aveugles et malvoyants veulent pouvoir aller à l'école et acquérir des connaissances au même titre que les enfants dotés de vue. On sait parfaitement que l'enseignement est la clé du potentiel à venir des enfants, car cela leur permet de trouver un emploi une fois devenus adultes, et de prendre une part active en tant qu'étudiants, parents, travailleurs et citoyens aux activités communautaires et familiales.

L'alphabétisation, l'enseignement et la pleine participation sociale ne doivent plus être refusées aux personnes aveugles et ayant des difficultés à la lecture des caractères imprimés dans le monde, et le Traité de Marrakech n'est que le début de la fin de cette soif de livres ; une fois ratifié et mis en place. Le Traité et ses avantages ne s'appliqueront qu'aux pays qui l'auront ratifié, et il n'entrera en vigueur que lorsqu'il aura été ratifié par 20 pays. Actuellement, on compte 16 ratifications, ce qui fait que le Traité pourrait bien entrer en vigueur courant 2016, faisant de la promesse de permettre l'accès à l'information et à l'alphabétisation pour tous une réalité. L'UMA appelle tous les gouvernements à cesser de refuser à leurs citoyens aveugles et ayant des difficultés à la lecture des caractères imprimés l'exercice de leur droit à la lecture en ratifiant et en mettant efficacement en place le Traité de Marrakech, de sorte à garantir que son esprit original, les droits de l'homme et l'égalité pour tous, se concrétise par cette mise en place.

Pour en savoir plus à propos de notre Campagne de ratification et de mise en place du Traité de Marrakech, de ce que les gouvernements font pour contribuer à étancher la soif de livres et télécharger une lettre qui vous aidera à animer votre gouvernement à ratifier le Traité, allez sur notre page consacrée à la Campagne : 
www.worldblindunion.org/French/Our-work/our-priorities/Pages/Traite-de-Marrakech-Campagne-Droit-a-la-Lecture.aspx​​​

 

L'Union Mondiale des Aveugles (UMA) est l'organisation mondiale qui représente les quelques 285 millions de personnes aveugles et malvoyantes dans le monde. Ses membres sont des organisations dirigées par des personnes aveugles qui parlent en leur propre nom, des organisations qui servent le collectif dans plus de 190 pays, ainsi que des organismes internationaux qui travaillent dans le domaine du handicap visuel. Visitez notre site web: www.wbu.ngo

Contact pour toute information, contacter :
Caitlin Reid, Responsable des Communications
Union Mondiale des Aveugles
Caitlin.Reid@wbu.ngo​

​​​