Skip Navigation LinksSanté Visuelle > Affections oculaires > Rétinopathie diabétique

Rétinopathie diabétique

Le diabète apparaît lorsque le corps n'est pas capable de produire ou n'assimile pas correctement une hormone appelé insuline, ce qui fait augmenter les niveaux de sucre dans le sang (glucose) et peut endommager organes, vaisseaux sanguins et nerfs. Les diabétiques sont très exposés au risque de problèmes de vue, en général à une affection appelée rétinopathie diabétique. 

image de la retinopathie diabetique

Causes

La rétinopathie diabétique endommage les vaisseaux sanguins à l'intérieur de la rétine à l'arrière de l'œil. Elle affecte en général les deux yeux et peut entraîner une perte de vision si elle n'est pas traitée. Si les niveaux de sucre dans le sang ne sont pas correctement contrôlés, une tension artérielle et un taux de cholestérol élevés peuvent accroître le risque de développement de la rétinopathie diabétique.
Toute personne diabétique encourt le risque de développer une rétinopathie diabétique. Environ 1 personne diabétique sur 3 souffre à un degré ou à un autre de rétinopathie diabétique et 1 sur 10 va développer une forme de la maladie qui menacera la vision. La rétinopathie diabétique est la première cause de perte de vision chez les adultes en âge de travailler (entre 20 et 65 ans).

Traitement

Les personnes touchées par une rétinopathie diabétique dont la vue est à risque peuvent être traitées, en principe au laser, pour éviter la malvoyance et la cécité. Cela dit, il n'existe aucun traitement pour restaurer la vision qui a déjà été perdue. La rétinopathie diabétique est initialement asymptomatique, ce qui fait que bon nombre de diabétiques ne sont pas conscients de la situation et s'ils la laissent évoluer, cela peut affecter leur vision et mener à la cécité. La grande majorité des patients qui développent une rétinopathie diabétique n'ont de symptômes qu'aux tout derniers stades, lorsqu'il est trop tard pour un traitement effectif. Donc le dépistage et l'intervention précoces sont critiques. 

Il a été prouvé qu'adopter un style de vie approprié peut contenir, voire inverser, la forme la plus courante du diabète (le diabète de type 2). Les changements opportuns dans le style de vie comprennent un régime sensiblement plus pauvre en glucides, une augmentation de l'activité physique et un contrôle de la tension, de la glycémie et du cholestérol. C'est l'approche des soins sanitaires premiers qui peut faire baisser la prévalence du diabète.

Les pays à faibles revenus et à revenus moyens représentent environ 75 % du nombre total de diabétiques, mais beaucoup sont encore mal équipés pour identifier correctement, traiter et gérer les conséquences aussi complexes que variées de la maladie. Actuellement, l'Asie du Sud-Est et le Pacifique occidental représentent plus de la moitié des adultes diabétiques dans le monde. La Chine, l'Inde, l'Indonésie et le Bangladesh représentent à eux seuls 45 % de la charge globale. Pourtant la prévalence du diabète se trouve dans la région orientale de la Méditerranée, où près de 14 % de la population est touchée. 

Les efforts pour réduire la prévalence du diabète ou pour gérer effectivement ses conséquences pour la santé sont en outre malmenés par le fait que près de 50 % des personnes ayant du diabète ne sont actuellement pas diagnostiquées. Cette tendance est encore plus prononcée en Afrique, où les deux tiers des diabétiques ne sont pas diagnostiqués et la plus grande augmentation de la maladie (103 %) est prévue d'ici à 2040.

Source:

​​​